Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

boursenews

Autoroutes du Maroc : 3 choses à retenir des comptes du premier trimestre

Autoroutes du Maroc : 3 choses à retenir des comptes du premier trimestre
Jeudi 28 Mai 2020 - Par boursenews

◆ Un chiffre d'affaires en hausse de 3% malgré le confinement.

◆169 millions de dirhams d’investissements en 3 mois. 

◆ Endettement stable. 

 

 Le chiffre d’affaires consolidé d’ADM a augmenté durant le premier trimestre 2020 de 3% et s’est affiché à 836 millions de MAD contre 814 millions de l’année précédente. En effet, le chiffre d’affaire d’exploitation a baissé de 4% en conséquence de la régression du trafic en mois de Mars sur le réseau autoroutier dû à l’Etat d’urgence sanitaire. Cette baisse a été compensé par une augmentation de 63% du chiffre d’affaires lié à l’investissement avec l’avancement des chantiers de construction. 

 

Les dépenses d’investissement ont augmenté durant le premier trimestre 2020 atteignant en cumulé 67 903 millions de MAD contre 67 733 million de MAD de l’année précédente. Au cours de ce trimestre, 169 millions de dirhams d’investissements ont été enregistrés, concernant essentiellement la première phase des travaux de triplement des tronçons de Casablanca-Berrechid et le contournement de Casablanca. Les dépenses de grosses réparations, nécessaires pour la maintenance du réseau, la pérennisation de l’infrastructure autoroutière (chaussée et ouvrages d’art) la sécurité et le confort du client usager, ont atteint 103 millions de dirhams à fin mars 2020, soit une augmentation de 18% par rapport à la même période de 2019, avec des réalisations de 25 km lors du premier trimestre 2020.

 

Quant au niveau d’endettement, il est resté pratiquement stable atteignant 37 872 millions de MAD à la fin de mars 2020, par rapport aux 37 408 millions de MAD enregistrés à fin mars 2019. A rappeler que depuis 2016, ADM mène une stratégie de gestion dynamique de sa dette à travers plusieurs opérations de reprofilage qui vise un total de 23 000 millions de dirhams, soit 58% de la dette totale, permettant ainsi de maitriser le niveau d’endettement et d’optimiser son coût.

Partage RÉSEAUX SOCIAUX